Diforc'hioù etre adstummoù "Pindaros"

66 okted lamet ,  9 bloaz zo
Diverradenn ebet eus ar c'hemm
D (r2.7.1) (Robot ouzhpennet: mk:Пиндар)
[[Skeudenn:Pindar statue.jpg|thumb|right|200px|Delwenn Pindaros, eilet diwar ur skrid orin eus ar {{Vvet kantved kent. J.-K.}}, [[Mirdi broadel hendraouriezh Naplez]]]]
 
'''Pindaros''' (Πίνδαρος / ''Píndaros'' e [[gregach]]) a oa ur barzh [[Hellaz|hellazat]], ganet e KinikefalosKinokefalos, Beotia e war-dro [[-518|518 kent JK]], ha marvet en [[Argos]] e [[-438|438 kent JK]]. Brudet eo e [[telenngan|delennganoù]].
 
== E vuhez ==
Nebeut a dra a anavezer diwar-benn e vuhez daoust d'ar c'hwec'h buhezskrid a oa savet war e zivout en Henamzer. Hervez an hengoun e oa ezel eus un tiegezh brientinien. Ganet e oa bet war-dro [[-518|518]] e Kinokefalos, e Beotia. En arroudenn 193 e veneg « ar gouel pempbloaziek / ambrouget gant oc'hen ma voen evit ar wezh kentañ / lakaet em gourvez, ha moumounet em mailhurennoù ». An damveneg-se da'r [[c'hoarioù pitek]] a ziskouez e oa ganet e miz Eost pe Gwengolo. En e V{{vet}} ''Pitegenn'' e seblant disklêriañ e oa un ezel eus tiegezh an Egeided ha diskouezh ara kalz hegarated evit an ensavadurioù [[Dorianed|dorek]]. Perc'henn e oa e diegezh war un ti e Tebai, ma reas Pindaros e annez da c'houde. [[Herodotos]] a ra anezhañ diskibl [[Lasos Ermione]]. En [[Aten]] e voe diskibl [[Agatokles]]. Kemer a reas perzh yaouank-kenañ er c'henstrivadegoù barzhoniezh ma oa kannet gant [[Korinna Tanagra]]. Houmañ a alias anezhañ neuze da « hadañ a-vozadoù, n'eo ket a-sac'hadoù ».
 
Savet e oa e delenngan, an X{{vet}} ''Pitegenn'' gantañ pa oa 20 vloaz. Lidañ a ra trec'h an [[Tessalia]]d Hippokleas er stadenn zoubl, ha tiegezh an atlet, an [[Aleuaded]]. Buan-kenañ e teuas da vezañ ur barzh brudet. E [[-490|490 e savas e VI{{vet}} Pitegenn en enor Ksenokrates, breur Teron, a zeuio da vezañ [[tirant]] [[Agrigento|Akragas]]. E [[-480|480]] e oa aloubet Henc'hres gant ar Bersed. En em renkañ a ra Tebai diouz kostez an alouberien. Hep mar e heuilh Pindaros politikerez e geoded rak c'est [[Simonides Keos]] a lid viktor [[Salamis]].
 
<!--
 
Les éléments biographiques que nous possédons sur lui sont minces, malgré les six ''Vies'' laissées par l'Antiquité.
 
Selon la tradition, il est membre d'une famille aristocratique. Il naît en [[-518|518]] à Cynocéphales, en Béotie. Dans le fragment 193, il évoque « la fête quinquennale / escortée de bœufs où pour la première fois / je fus couché, choyé dans mes langes » — cette allusion aux [[jeux Pythiques]] nous montre qu'il naît au mois d'août ou de septembre. Dans sa V{{e}} ''Pythique'', il semble affirmer qu'il est un membre des [[Égéides]] et il témoigne d'une sympathie particulière pour les institutions [[Doriens|doriennes]]. Sa famille possède une maison à Thèbes, où Pindare habitera souvent par la suite. [[Hérodote]] fait de lui l'élève de [[Lasos d'Hermione]]. À [[Athènes]], il a également comme professeur [[Agathoclès]]. Il entre jeune dans les concours de poésie, où il est battu par [[Corinne de Tanagra]]. Celle-ci lui conseille alors de « semer à pleines mains, non à plein sac ».
 
Sa première ode, la X{{e}} ''Pythique'', est composée à l'âge de 20 ans. Elle célèbre la victoire du [[Thessalie]]n Hippokléas au double stade, ainsi que la famille de l'athlète, les [[Aleuades]]. Très vite, il devient un poète renommé. En [[-490|490]], il compose sa VI{{e}} Pythique en l'honneur de Xénocrate, frère de Théron, futur [[tyran]] d'[[Agrigente]]. En [[-480|480]], les [[Perses]] envahissent la Grèce. Thèbes transige avec l'ennemi. Sans doute Pindare suit-il la politique de sa région natale, car c'est [[Simonide de Céos]] qui célèbre la victoire de [[Salamine]].
 
Loin de se limiter au théâtre local, il s'attache à différentes cours aristocratiques grecques, comme celle du [[tyran]] [[Hiéron de Syracuse]], en l'honneur duquel il compose la ''Première Pythique'', ou celle du roi de [[Cyrène]], pour lequel il compose les ''Pythiques'' III et IV. Sur ce terrain, il est concurrencé par le poète [[Bacchylide]], caractérisé par son style plus élégant. Il adopte dans l'ensemble un point de vue panhellénique. Il considère ainsi les [[Guerres médiques|invasions perses]] comme une menace pour la [[Grèce]] dans son ensemble.
 
 
-->
 
{{Commonscat|Pindar|Pindaros}}
=== Levrioù ===
 
;Éditions
* {{Voir référence auteur|Référence:Œuvres (Pindare)}}.
 
;Études
* Philippe Brunet, « La ''Première Pythique'' de Pindare : mètre, strophe et traduction », Bulletin de l'association Guillaume Budé, {{numéro}}3 (1996), Les Belles Lettres, Paris, 1996.
* {{en}} Richard Hamilton, ''Epinikion: General Form in the Odes of Pindar'', De Gruyter, La Haye, 1974.
* Jean Irigoin, ''Histoire du texte de Pindare'', Klincksieck, Paris, 1952.
* Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 1997
* {{STLB}}.
* {{en}} David C. Young, « Pindaric criticism », ''Pindaros und Bacchylides'', Wissenschattliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1970.
* Jacqueline Duchemin, ''Pindare poète et prophète'', Les Belles Lettres, Paris, 1956.
* {{en}} William Mullen, ''Pindar and Dance'', Princeton, 1982.
* [[Pascale Hummel]] :
** ''La Syntaxe de Pindare'', Peeters, Paris-Louvain, 1993,
** ''L'Épithète pindarique. Étude historique et philologique'', Peter Lang, Bern, 1999.
 
=== LiensLiammoù externesdiavaez ===
{{Wikisource}}
{{CommonscatCommons|Pindar|PindarePindaros}}
 
 
[[Rummad:Skrivagnerien Hellaz kozh]]
11 541

modification