Diforc'hioù etre adstummoù "Carlos II Spagn"

E 1675 e voe roue da vat, da bevarzek vloaz.
 
Fall e oa e yec'hed, ha krediñdiwezhat e spered. Krediñ a raed e oa ur mallozh warnañ, marteze a-berzh an diaoul e-unan, abalamour da se e oa bet anvet ''el hechizado'', an den sorset. Hiziv e soñjer eo ar genwadelezh en tiegezh an hini zo kaoz ma oa klañvidik, dic'houest da gaozeal a-raok e bevar bloaz, da vont e-unan a-raok e eizh vloaz, ha da gaout bugale.
 
 
=== Kenwadelezh ===
 
<ref>Pour illustrer l'extraordinaire consanguinité de Charles {{II}}, il suffirait de dire que <u>tous</u> ses arrières-grands-parents descendaient soit de Charles-Quint et de son épouse [[Isabelle de Portugal (1503-1539)|Isabelle de Portugal]] qui était aussi sa cousine germaine, soit de [[Ferdinand Ier du Saint-Empire|Ferdinand {{Ier}}]], le frère de Charles Quint, parfois des deux et souvent plusieurs fois. Ainsi son grand-père [[Philippe III d'Espagne|Philippe {{III}}]] était à la fois petit-fils et arrière-petit-fils de [[Charles Quint]], et l'autre grand-père de Philippe {{III}} était le neveu de Charles Quint, marié à sa fille. Enfin sa mère [[Marie-Anne d'Autriche (1635-1696)|Marie-Anne d'Autriche]] étaitaoa lanizez nièced'e de son pèredad [[Philippe Felipe IV d'Espagne|Philippe {{IV}}]]. Le site [[Roglo]] indique qu'il descendait de 14 façons différentes de [[Philippe le Beau]] et [[Jeanne la Folle]]</ref>
 
et marcher avant l'âge de 8 ans. Ceux qui l'ont approché ont décrit cet enfant comme charmant de par ses beaux cheveux blonds, mélancolique à cause de son attitude triste, mais idiot à cause de sa très faible compréhension. À 10 ans il ne savait toujours pas ses lettres{{Référence nécessaire||date=août 2010}}.
 
<ref>Pour illustrer l'extraordinaire consanguinité de Charles {{II}}, il suffirait de dire que <u>tous</u> ses arrières-grands-parents descendaient soit de Charles-Quint et de son épouse [[Isabelle de Portugal (1503-1539)|Isabelle de Portugal]] qui était aussi sa cousine germaine, soit de [[Ferdinand Ier du Saint-Empire|Ferdinand {{Ier}}]], le frère de Charles Quint, parfois des deux et souvent plusieurs fois. Ainsi son grand-père [[Philippe III d'Espagne|Philippe {{III}}]] était à la fois petit-fils et arrière-petit-fils de [[Charles Quint]], et l'autre grand-père de Philippe {{III}} était le neveu de Charles Quint, marié à sa fille. Enfin sa mère [[Marie-Anne d'Autriche (1635-1696)|Marie-Anne d'Autriche]] était la nièce de son père [[Philippe IV d'Espagne|Philippe {{IV}}]]. Le site [[Roglo]] indique qu'il descendait de 14 façons différentes de [[Philippe le Beau]] et [[Jeanne la Folle]]</ref>
 
 
 
 
 
 
et marcher avant l'âge de 8 ans. Ceux qui l'ont approché ont décrit cet enfant comme charmant de par ses beaux cheveux blonds, mélancolique à cause de son attitude triste, mais idiot à cause de sa très faible compréhension. À 10 ans il ne savait toujours pas ses lettres{{Référence nécessaire||date=août 2010}}.
 
Son surnom d'''El Hechizado'' (l'ensorcelé) reflète la croyance populaire de l'époque selon laquelle ses troubles physiques et mentaux étaient causés par de la sorcellerie ou par une possession démoniaque.
183 918

modifications