Diforc'hioù etre adstummoù "Charles de Gaulle"

Diverradenn ebet eus ar c'hemm
D (r2.7.3) (Robot ouzhpennet: sco:Charles de Gaulle; Kemm dister)
Da gentañ, gouarnamant [[Breizh-Veur]] en doa kinniget da vinistr gall an Diabarzh [[Georges Mandel]] da dremen er [[Rouantelezh-Unanet]] ha da skignañ ur galv e-unan. Mandel s'était, par ses avertissements répétés contre les menaces du III{{e}} Reich (et en opposition à ce sujet avec son ami le président du Conseil [[Léon Blum]]), signalé comme un homme d'État et de caractère. Nac'hañ a reas koulskoude kuitaat Bro-C'hall kuit ma vefe tu da gaout abeg ennañ ha da damall outañ bezañ un dezertour, ar pezh a vije bet graet diouzhtu gant e enebourien ([[yuzev]] e oa).
 
Gouzout a reer bremañ en deus breutaet kuzul ar vinistred saoz a--hed an 18 a viz Even diwar-benn testenn de Gaulle. Ar vunichouien gozh, a-dreñv ministr an Aferioù Estren, [[lord Halifax]], a fell dezho c'hoazh ménager gouarnamant [[Pétain]] ha gortoz da welet m'emañ o vont da sinañ da vat an [[arsav-brezel]]. Winston Churchill, tuet aboe pell da vezañ '''fermestart''' a-enep Hitler ha da genderc'hel gant ar stourm, a zleas lakaat e bouez er valañs. Gallout a reas De Gaulle distagañe brezegenn, a-benn ar fin met rankout a reas asantiñ da cheñch n div linenn gentañ<ref>[[Jean-Louis Crémieux-Brilhac]], ''La France libre'', [[Gallimard]], 1996, p.49-50</ref> a-benn ma ne vefe ket ken garv evit ar gouarnamant gall. Ar c'hemm -se hag a chomas kuzh e-pad pell a zianadas en destenn roet d'ar c'hazetennoù, ha goude e-barzh eñvorennoù De Gaulle.
 
==== Frañs dieub ====
Un de mes premiers ordres – du [[2 juillet]], si j'ai bonne mémoire – précisa que les bâtiments des Forces Navales Françaises libres porteraient à la poupe les couleurs nationales françaises et à la proue un pavillon carré bleu, orné d'une Croix de Lorraine rouge. Et ce fût (sic) l'origine de l'insigne du Mouvement de la France libre.<br />
Pourquoi j'ai choisi la Croix de Lorraine? Parce qu'il fallait un emblème en opposition à la Croix Gammée et parce que j'ai voulu penser à mon père qui était Lorrain. »
</ref>, devient son emblème. Les statuts juridiques de la France libre et ses rapports avec le gouvernement anglais sont fixés par le juriste [[René Cassin]]. La France libre a bientôt sa banque, son journal officiel, ses décorations - le général fonde l'[[Ordre de la Libération]] à [[Brazzaville]] dès octobre 1940, pour honorer ses "[[compagnons de la Libération|compagnons]]". Des comités français libres actifs dans le monde entier se constituent et tentent de rallier à de Gaulle les Français de l'étranger, les opinions et les gouvernements. -->
 
== Levrlennadur ==
43 616

modifications