Loeiz ar Chalotez : diforc'h etre ar stummoù

17 okted ouzhpennet ,  7 vloaz zo
+
No edit summary
(+)
[[Image:Louis-René de Caradeuc de La Chalotais.jpg|thumb|220px|thumb|'''Louis-René de Caradeuc de la Chalotais''' zo anavezet e brezhoneg evel''' Loeiz ar Chalotez'''.]]
 
'''Louis-René de Caradeuc de la Chalotais''' (pe '''Loeiz ar Chalotez''' e brezhoneg), ganet e [[Roazhon]] d'ar [[6 a viz Meurzh]] [[1701]] ha marvet eno ivez d'an [[12 a viz Gouere]] 1785, a oa un den a lezenn a oa [[prokulor]] e [[Breujoù Breizh]]. Kemer a reas penn an eneberezh da benngomandant Breizh, an dug [[Emmanuel de Vignerot du Plessis, dug Aiguillon|d'Aiguillon]]. P'en devoa nac'het plegañ dirak ar [[Roue]] e oa bet [[toull-bac'h|toullbac'het]] hag abalamour da se eo gwelet gant lod evel ar c'hentañ emsaver politikel brezhon<ref>Youenn Olier, levrenn gentañ Istor an Emsav, e ti Imbourc'h, 1972</ref>.
<references/>
 
==E diegezh==
Le [[16 novembre]] [[1765]], une commission spéciale fut nommée pour juger La Chalotais. Celui-ci plaida l'illégalité du procès, soutenant que comme procureur général, il avait le droit d'être jugé par le Parlement de Bretagne ou, à défaut, par celui de [[Bordeaux]], conformément à la coutume de la province. Les juges n'osèrent pas le condamner sur la base d'expertises en écriture et, à la fin de l'année, les choses n'avaient pas progressé. [[Louis XV de France|Louis XV]] décida alors d'évoquer l'affaire devant le [[Conseil du roi|Conseil]] qui exila La Chalotais à [[Saintes]] ([[1767]]). Cette sentence augmenta la fermentation des esprits. Les Philosophes, les parlementaires, les [[Jansénisme|Jansénistes]] soutenaient que La Chalotais était la victime de la vindicte du duc d'Aiguillon et des Jésuites. En définitive, le Roi accepta de rappeler les parlementaires bretons qui avaient démissionné. Le Parlement se réunit et réclama le retour de La Chalotais qui finit par être accordé en [[1775]] après que [[Louis XVI de France|Louis XVI]] eut rappelé les anciens parlements, revenant ainsi sur la réforme du [[René Nicolas de Maupeou|chancelier Maupeou]]. La Chalotais fut autorisé à transmettre son office à son fils. Il mourut à Rennes en [[1785]].
 
-->
 
== Daveoù ==
 
<references/>
 
-->
{{DEFAULTSORT:La Chalotais, Louis-Rene Caradeuc de}}