Hesiodos : diforc'h etre ar stummoù

5 245 okted lamet ,  7 vloaz zo
Kempenn
(→‎Oberennoù: kempenn)
(Kempenn)
[[Skeudenn:Pseudo-Seneca BM GR1962.8-24.1.jpg|thumb|right|220px|« Pseudo-[[Seneca]] » : pell amzer e voe kredet e oa penn ar prederour stoikian roman, met gallout a rafe bezañ ur barzh kozh, Hesiodos marteze. Delwenn roman diwar batrom un delwenn [[hellenat]] ([[British Museum]])]]
[[Skeudenn:Moreau,_Gustave_-_Hésiode_et_la_Muse_-_1891.jpg|thumb|left|[[Hesiodos]] ha [[Plac'h an Awen]], livet gant [[Gustave Moreau]].]]
 
'''Hesiodos ''' (Ἡσίοδος, ''Hêsíodos'' e [[henc'hresianeg]], ''Hesiodus'' e [[latin]]) a oa ur [[barzh]] [[Hellaz|hellazat]] eus ar VIIIvet kantved a-raok JK. Ganet e vije Hesiodos en [[AscraAskra]], ur vourc'hadenn eus [[Beotia]].
[[Skeudenn:Moreau,_Gustave_-_Hésiode_et_la_Muse_-_1891.jpg|thumb|left|[[Hesiodos]] ha [[Plac'h an Awen]], livet gant [[Gustave Moreau]].]]
 
 
'''Hesiodos ''' (Ἡσίοδος, ''Hêsíodos'' e [[henc'hresianeg]], ''Hesiodus'' e [[latin]]) a oa ur [[barzh]] [[Hellaz|hellazat]] eus ar VIIIvet kantved a-raok JK. Ganet e vije Hesiodos en [[Ascra]], ur vourc'hadenn eus [[Beotia]].
 
== E vuhez ==
 
=== Ar fedoù ===
 
Tra ne ouzer diwar e benn nemet pezh a skriv en e varzhonegoù. Dre deir gwech e-barzh ''[[Al Labourioù hag an Deizioù]]'' e ro un dornad munudoù diwar-benn e vuhez. Un draig a lavar ivez en e ''[[Teogonia|Deogonia]]''.
 
Treuziñ ar mor a reas neuze, ha mont da chom da Askra ma prenas un tamm douar e-harz ar Menez [[Helikon]]. Eno e timezas gant ''Pycimède'', ha daou vab o doe: '''Hesiodos''' ha '''Perses'''.
 
Ul lec'h paour e oa AscraAskra. Hervez Hesiodos e oa ur « bourk milliget, drouk d'ar goañv, kriz d'an hañv, morse ne veze plijus » (''Labourioù'', v. 640). Pa zeuas ar c'houlz da rannañ hêrezh e dad e savas bec'h etre e vreur Perses hag eñ, hag ur prosez e voe etreze. Gant rouaned AscraAskra e voe lavaret edo ar gwir gant Perses. Hemañ a gasas goude se e stal da Gernetra, hag ez eas war-lerc'h da c'houlenn arc'hant digant e vreur a gasas anezhañ da sutal. Ha Perses, droug ennañ, a c'hourdrouzas Hesiodos , prest d'ober ur posez all d'e vreur. Hiroc'h n'ouzer ket.
 
Evit reiñ un tamm skiant d'e vreur hag e skoazellañ da gaout ur vuhez yac'h ha da verañ e beadra evel a zo dleet e savas Hesiodos ar varzhoneg ''[[Al Labourioù hag an Deizioù]].
 
== Al Labourioù hag an Deizioù ==
 
Diazezet eo an oberenn war an div wirionez-mañ:
* al labour eo lezenn ar vuhez;
* an Ἀγών / ''Agốn'', pe ''Disput etre [[Homeros]] ha Hesiodos'', kenstrivadeg barzhonegañ etre an daou varzh , e gregach;
* ''Buhez Hesiodos'', gant ar gramadegour bizantat [[Yann Tzétzès]] ;
<!--
* l’article ''Hésiode'' de la ''[[Souda]]'' ;
* deux passages de [[Pausanias (écrivain)|Pausanias]] (IX, 31, 3-6 et 38, 3-4) et quelques allusions éparses ;
* un passage de [[Plutarque]] (''Moralia'', 162b).
 
Bodet eo bet an holl skridoù-se er ''Vitæ Homeri et Hesiodi'', gant [[Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff|Ulrich von Wilamowitz]] (Bonn, 1916).
 
[[Image:Eugène Ferdinand Victor Delacroix 037.jpg|thumb|left|220px|''Hésiode et la [[Muses|Muse]]'', par [[Eugène Delacroix|Delacroix]], coupole du [[Palais Bourbon]], 2{{e}} moitié du {{XIXe siècle}}]]
 
L’''Agốn'' ou "Dispute d'[[Homère]] et d'Hésiode" est une sorte de livre scolaire remontant au {{IIe siècle}} de l'ère chrétienne, mais dont le contenu est beaucoup plus ancien ([[Aristophane]] en cite des vers dans ''la Paix'', en [[-421|421 av. J.-C.]] Il narre un tournoi opposant [[Homère]] à Hésiode, et a pour objectif de répondre à la question : que faut-il préférer, de la poésie didactique ou de la poésie épique ? Au terme du tournoi, Hésiode l’emporte sur l’avis du roi, parce qu’il célèbre la paix et non la guerre. Hésiode remporte un trépied qu’il consacre aux Muses, dans une sorte de décalque du tournoi de Chalcis.
 
Plutarque, la ''Souda'' et Tzétzès content quant à eux la mort d’Hésiode, en des termes concordants. Voulant dédier aux Muses le trépied gagné à Chalcis, il se rendit auprès de l’[[oracle de Delphes]], où la [[Pythie]] lui fit une terrible prédiction :
<blockquote>
« Heureux ce mortel qui visite ma demeure, cet Hésiode que chérissent les Muses immortelles ! Sa gloire s'étendra aussi loin que les rayons de l’aurore. Mais redoute le bois fameux de Jupiter Néméen (''Nemeion''). C'est là que le destin a marqué le terme de ta vie. »
</blockquote>
 
Hésiode, pensant que la prédiction désignait le temple de [[Jupiter (mythologie)|Jupiter Néméen]] sur le site d’Olympie, s’éloigna du [[Péloponnèse]] et s’établit à Oinoé, ville de la [[Locride ozolienne]]. Il y vécut longtemps, prit femme et eut un fils. Cependant, Plutarque rapporte qu’un jour, alors qu’il séjournait chez un hôte avec un certain Milésius, celui-ci viola la fille de son hôte durant la nuit. Hésiode fut accusé du crime et tué par les frères de la victime. Ce qu’Hésiode avait ignoré, c’est que le lieu de ces événements, une région boisée près de la mer, était consacré à Jupiter Néméen. Son corps fut jeté à la mer — la prophétie se réalisait.
 
Il convient de noter que chez Tzétzès, c’est Hésiode lui-même qui est le séducteur. Quoi qu’il en soit, le cadavre fut sauvé de la submersion par une troupe de [[dauphin]]s qui le portèrent jusqu’au [[golfe de Corinthe]], où les [[Locride|Locriens]] célébraient la fête d’[[Ariane (mythologie)|Ariane]]. Ils recueillirent le corps et pourchassèrent les meurtriers. Hésiode fut enterré sur le Néméion, en un endroit gardé secret par les habitants de [[Naupacte]], de peur que ceux d’[[Orchomène]] ne leur enlèvent les cendres.
 
Cette histoire porte bien les marques de la légende : l’oracle mal compris qui se réalise, l’intervention de dauphins, le tombeau caché. Il est certain qu’elle fut élaborée dans le cadre d’une rivalité entre Naupacte et Orchomène. De plus, la même légende nomme le fils d’Hésiode et de la Locrienne séduite : il n'est autre que [[Stésichore]], grand poète lyrique…
-->
 
== Oberennoù ==
[[Image:Moreau,_Gustave_-_Hésiode_et_la_Muse_-_1891.jpg|thumb|right|200px|''Hesiodos hag ur [[Muzezed|Vuzenn]]'', gant [[Gustave Moreau]] ([[1891]])]]
 
MarMard deoeo anavet anv Hesiodos eo abalamour ma m'en deus skrivet diwar-benn ar mojennoù kozh en e oberennoù, ha dreist-holl ''[[Teogonia]]'' hag ''[[Al Labourioù hag an Deizioù]] ''.
 
<!--
Il met ainsi les trois puissances principales : [[Gaïa]], [[Nyx]] et [[Éros]], au début du récit (sans préciser qu’elles naissent au début). Auparavant, il existait une version de ces mythes par cité en Grèce ; la refondation d'Hésiode, si elle n’a pas éliminé les textes contradictoires (''[[l'Odyssée]]''), s’est imposée comme le meilleur [[Mythes et création du Monde|récit des origines]] pour les Grecs anciens.
Hésiode tire son inspiration de multiples sources : son père cabotait en Asie, il a donc dû avoir des échos des mythes [[babylone|babyloniens]]. S’il repense le mythe, il le fait cependant dans la logique du mythe.
 
=== Attributions classiques ===
<!--La première édition ancienne que nous ayons conservée par les papyrus n’attribue à Hésiode que trois œuvres.-->
 
** ''[[Teogonia]]'' (Θεογονία}} / ''Theogonía'') a zo diwar-benn lignezoù an doueed ma kinnig enni ar bernioù doueed a zo meneg anezho er mojennoù, gant an tri remziad anezho: hini [[Ouranos]], hini [[Kronos]], hini [[Zeus]] a voe trec'h warno holl. Koshañ barzhoneg relijiel Hellaz eo. Ouzhpenn kontañ lignezoù an doueed ez eus el levr ur c'hosmogonia a grog gant krouidigezh ar bed hag ar [[C'haos]].
*''[[Katalog ar Maouezed]]'', pe ''Ἢ οἷαι / ''Ê hoiai'' '', « pe hevelep maouez... », formulenn glasel en un danevell, a zo tennet anezho 54 gwerzenn gentañ ar ''Skoed'' ;
 
<!--
 
* ''Les Grands Travaux'' et ''les Grandes Éhées'', dont le rapport avec ''les Travaux'' et ''les Éhées'' reste incertain ;
* ''L'Ornithomantie'', ''la Mélampodie'' (sur les devins [[Mélampous]], [[Calchas]] et [[Tirésias]]), ''Explications de prodiges'', ''Astronomie'', des poèmes sur l'art de la divination ;
* ''Les Leçons de Chiron'', un poème didactique ;
* ''Les Dactyles de l’Ida'', sur les premiers métallurgistes ;
* ''Les Noces de Céyx'' ;
* ''La Descente aux Enfers de Pirithoos'' ;
* ''Aigimios'', ur meurgan a-zivout ur roue [[dorian]].
 
=== Quelques citations ===
* « La route qui mène à la misère est plane. » (''Travaux'', v. 287)
* « Gain mal acquis vaut un désastre. » (''Travaux'', v. 352)
* « Qui se fie à une femme se fie aux voleurs. » (''Travaux'', v. 375)
* « Ne remets rien au lendemain ni au surlendemain. » (''Travaux'', v. 410)
 
-->
=== Pennadoù kar dre o ster ===
* [[Homeros]] ;
 
* [[Hexamètre dactylique]].
 
=== Levrlennadurezh ===
 
* [[Marcel Détienne]], « Crise agraire et attitude religieuse chez Hésiode », ''Revue d'études latines'', coll. « Latomus 68 » Bruxelles, 1963 ;
* {{en}} Richard Janko, ''Homer, Hesiod and the Hymns. Diachronic Development in Epic Diction'', Cambridge University Press, 1982 {{ISBN|0521238692}} ;
* Jean-Pierre Vernant :
** ''Mythe et pensée chez les Grecs'', La Découverte, Paris, 1996,
** ''Mythe et société en Grèce antique'', Paris, 1974 (1{{re}} édemb.) kentañ.
 
 
43 616

edits