Diforc'hioù etre adstummoù "Broadelouriezh"

D
replaced: s d → s d (3), , → , (2) using AWB
D (Diglok ha diboell eo dibenn ar pennad a vefe da adober.)
D (replaced: s d → s d (3), , → , (2) using AWB)
Ainsi compris, le nationalisme français peut être considéré comme un mouvement général qui embrasse tous les partis non socialistes, des conservateurs aux radicaux, quelquefois sous des formes populistes dangereusement bellicistes (le boulangisme) ou pouvant dériver sur le conservatisme (défense à tout prix de l'armée et, moins fortement, de l'Église), sur la xénophobie ou l'antisémitisme (obsession de l'ennemi intérieur surtout dans l'Affaire Dreyfus).
 
Le nationalisme de doctrine ou d'"extrême droite" (encore qu'il n'ait pas grand chose à voir à l'origine avec les droites légitimiste, orléaniste ou conservatrice) n'apparaît de façon autonome qu'au moment de l'Affaire Dreyfus et aura pour principale figure [[Maurice Barrès]], qui avait déjà pris position contre le néo-kantisme et toutes les philosophies allemandes rationalistes ou non, très à la mode à l'époque dans les universités françaises, au nom de la "patrie et des morts", contre les abstractions métaphysiques sans rejeter pour autant le régime et les idéaux de la Révolution. Il n'est que la pointe extrême d'une tendance dont se réclameront des gens aussi différents et quelquefois adversaires acharnés que [[Poincaré]], [[Jules Ferry]], [[Émile Flourens]], [[Georges Boulanger|Boulanger]], [[Paul Déroulède]], [[Victor Hugo]], [[Félix Faure]] ou [[Georges Clemenceau|Clemenceau]].
 
=== L'Action française ===
Cependant, en France au moins, les socialistes se rallieront aux bellicistes en 1914, puis clairement au colonialisme après 1945.
 
Dans la pratique aussi, les communistes internationalistes se montrent parfois nationalistes.
** Ainsi en ex-[[Union des républiques socialistes soviétiques|Union soviétique]], où les [[Russie|russes]] et quelques [[Arménie]]ns et [[Géorgie (pays)|Géorgiens]] monopolisaient le pouvoir, les partis communistes se sont opposés aux revendications culturelles et politiques dans les [[républiques soviétiques]] d'Europe ([[Pays baltes]], [[Ukraine]], etc...) ou d'Asie ([[Turkménistan]], etc.).
** En Grande-Bretagne, Espagne ou France, les mêmes partis n'ont guère protégé la diversité culturelle ou les minorités linguistiques dan ces états.
 
<!--intervention de 62.235.227.239 (13 déc 2005) à wikifier/vérifier
En bref ,
 
Nationalisme : mouvement visant à exalter le sentiment national dans des buts bien précis. Il existe différentes sortes de nationalisme.
 
• '''Mouvement des nationalités'''
Cherche à former un état nation indépendant (ex : la Belgique , les Etats-Unis)
-->
 
* pe eus ur voadelouriezh en ur ster strizh, da lavarout eo eus ar strolladoù a lavar bezañ a-du gant ar vroadelouriezh,
* pe eus ar vroadelouriezh en ur ster ledan, o kontañ e-barzh an holl strolladoù politikel diazezet e Breizh, a zifenn harzoù istorel Breizh ha yezh ha sevenadur Breizh;
* pe eus ar vroadelouriezh en ur ster ledanoc'h c'hoazh, o lakaat e-barzh ar strolladoù sevenadurel pe aozadurioù a labour war dachenn Breizh hepken pe evit ar brezhoneg dreist-holl. Evel-se e vez lakaet [[Diwan]] hag [[Ofis ar Brezhoneg]] (ha meur a aozadur all da-heul) da vroadelourien gant ar republikanourien, evit diskar o brud da gentañ, hag evit lakaat ar stad c'hall da enebiñ outo da c'houde. Evelkent ne vag tost den ebet e Breizh a gasoni evit bro all ebet, ha pa vefe Bro-C'hall ! Ar vroadelouriezh vreizhat peurliesañ, a zo e gwirionez brogarantez a vez graet anezhi brogarouriezh.
 
== Komzoù ==
12 664

modifications