Diforc'hioù etre adstummoù "Afrodite Melos"

15 okted ouzhpennet ,  12 vloaz zo
Diverradenn ebet eus ar c'hemm
[[Image:Louvre Venus de Milo DSC00900.jpg|thumb|300px|right|Afrodite Melos, [[Mirdi al Louvre]], [[Pariz]] .]]
 
'''[[Afrodite]] [[Melos]]''', pe ''[[Gwener]] Milo'' (dre fazi), a zo un delwenn savet d'an doueez [[Afrodite]] ([[Gwener]] hec'h anv brezhonek) er marevezh hellenek, etre ar IVvet ha Iañ kantved a-raok JK, kavet en enez [[Melos]] (pe ''Milos''), hag a zo diskouezet e mirdi gall al [[Louvre]] e [[Pariz]].
 
==Kavidigezh==
Bruched an delwenn a voe kavet e miz Ebrel [[1820]] e [[Melos]], un enezenn eus ar [[Mor Enezek]] gant ur c'houer anvet Yorgos Kentrotas a oa o klask mein da sevel ur voger en-dro d'e bark.<ref name="Pasquier24">Pasquier, p. 24.</ref>.
<!--
par un paysan nommé Yorgos Kentrotas à la recherche de pierres pour bâtir un mur autour de son champ<ref name="Pasquier24">Pasquier, p. 24.</ref>. Par hasard, un élève officier de marine français, [[Olivier Voutier]], assiste à la découverte. Passionné par l'archéologie, alors une discipline récente, il incite le paysan à continuer à creuser. Apparaissent alors la partie inférieure de la statue et quelques fragments appartenant de toute évidence à la statue, comme le nœud du chignon<ref name="Pasquier24" />. En l'état, le buste n'a déjà plus ses bras, comme en témoigne le dessin exécuté par Voutier. Celui-ci prévient Louis Brest, vice-consul de France à Milos, pendant que le paysan, poursuivant sur sa lancée, met au jour :
 
* un fragment de main tenant un fruit, une pomme ou une grenade<ref>Ma 400, Hamiaux {{numéro}}53, p. 44-45.</ref> ;
 
Voutier fait alors pression sur le consul pour que l'État français achète la statue. De son côté, [[Jules Dumont d'Urville]], alors enseigne de vaisseau, a également vu la statue et alerte le marquis de Rivière, ambassadeur de France auprès de la [[Empire ottoman|Sublime Porte]]. Celui-ci dépêche sur place un secrétaire d'ambassade, cependant qu'un dignitaire grec
 
 
-->
181 543

modifications