Digeriñ al lañser pennañ

Kemmoù

Diverradenn ebet eus ar c'hemm
[[Skeudenn:Caspar David Friedrich.jpg|thumb|Emboltred savet war-dro 1810]]
[[Skeudenn:Caspar David Friedrich 010.jpg|thumb|''An Hañv (Der Sommer)'', 1807]]
 
'''Caspar David Friedrich''' ([[Greifswald]] (Pomerani Sued), [[5 a viz Gwengolo]] [[1774]] - [[Dresden]], [[7 a viz Mae]] [[1840]]), a zo unan eus arzourien [[Romantelezh|romantel]] bennañ [[Alamagn]] en {{XIXvet kantved}}.
 
== E vuhez ==
 
Ganet e voe d'ar 5 a viz Gwengolo [[1774]] e [[Greifswald]]. En akademiezh arzoù-kaer [[Kopenhagen]] e studias. E [[1798]] ez eas d'en em staliañ eda gêr [[Dresden]], hag eno e voe ezel ur c'helc'h arzourien ha skirvagnerienskrivagnerien levezonet gant ar [[romantelezh]]. En e dresadennoù kentañ e weler dodennoù a gaver en-dro en e oberenn : traezhennoù meinek, plaenennoù ha lanneier, menezioù difin ha gwez ao yasevel war-du an oabl.
<br />
E 1807 e krogas da eoullivañ. Heverk eo e zoare er ''Groaz war ar menez'' (1808, Staatliche Kunstsammlungen, Dresden). Pellaat a ra diouzh an arouezierezh relijiel ordinal evit livañ ar maezioù; ar C'hrist war ar groaz a weler eus diadreñv, an heol o vont da guzh a-drek ar menezioù,
 
<!--
Ses premières peintures à l'huile datent de 1807 ; l'une d'elles, la Croix sur la montagne (v. 1808, Staatliche Kunstsammlungen, Dresde) est représentative de son style. S'écartant audacieusement du symbolisme religieux traditionnel, son œuvre est presque entièrement composée de paysages ; sa représentation du Christ en croix, vu de derrière et sur un fond de coucher de soleil en montagne, se trouve presque noyée dans le cadre naturel. D'après les propres écrits de Friedrich, tous les éléments de la composition ont une signification symbolique. Les montagnes sont des allégories de la foi ; les rayons du soleil couchant symbolisent la fin du monde préchrétien et les sapins représentent l'espoir. Les tonalités souvent froides, l'exposition claire et les contours contrastés des tableaux de Friedrich mettent en relief l'aspect mélancolique, les sentiments de solitude et d'impuissance de l'homme face aux forces de la nature, que le peintre a voulu exprimer tout au long de son œuvre (l'Arbre aux corbeaux, v. 1822, Musée du Louvre, Paris). Devenu membre de l'Académie de Dresde, il exerça une grande influence sur d'autres peintres romantiques allemands. Bien que sa réputation se soit ternie après sa mort (7 mai 1840, à Dresde), ses images suscitent toujours une certaine fascination aujourd'hui.
 
=== Les débuts ===
179 261

modification